Je prends acte, ce soir, de la qualification de Marisol Touraine (Majorité présidentielle) et de Sophie Auconie (LR/UDI) dans la troisième circonscription d'Indre-et-Loire, circonscription qui avait la particularité de ne pas avoir de candidat de la République En Marche. Compte tenu de ce qui s'est passé dans les circonscriptions voisines, il y a tout lieu de penser que Marisol Touraine a davantage été perçue par les électeurs comme la candidate de monsieur Macron que comme l'ancienne ministre de la santé de François Hollande. Dont acte.

Mais derrière la qualification de Marisol Touraine, je veux attirer l'attention des électeurs sur une singularité de ce scrutin. La candidate EELV, pratiquement inconnue, pour laquelle j'ai fait campagne et appelé à voter, réussit un très honorable score. Je note en particulière ses bons résultats autour de chez moi : Saint-Pierre-des-Corps (9,16%), Chambray-les-Tours (8,61%) et ma ville, Saint-Avertin, où elle triple le résultat des écologistes de 2012 avec 8,20% des voix (contre 2,38% en 2012). Je me félicite bien entendu de ce résultat, pour lequel je me suis battu, et je remercie tout particulièrement les 529 saint-avertinois qui ont porté leurs voix sur la candidate que je soutenais.

Je tiens également à attirer l'attention des saint-avertinois sur le score de la "gauche non socialiste" dans notre commune (auquel il faudrait ajouter la proportion d'électeurs de gauche qui a choisi de suivre Marisol Touraine, mais que la strucutre du vote en faveur des candidats macronistes rend totalement impossible à estimer, car ces voix se mélangent à celles des centristes et d'une partie de la droite). Réunis, les candidats écologistes, insoumis et communistes totalisent pratiquement 24% des voix. C'est insuffisant pour se qualifier aux deux premières places à l'échelle de la commune, mais outre qu'il manque à ce calcul les voix des socialistes restés fidèles à Marisol Touraine, cela représente 4 points de mieux que le résultat de la liste "de gauche et d'ouverture" des élections municipales de 2014 conduite par Philippe Lebot. Chacun pourra en tirer la conclusion qu'il souhaite en tirer, tant au niveau local que dans le cadre d'une réflexion plus large sur la nécessaire recomposition de la gauche non libérale.

Pour le second tour, il convient d'attendre avant de prendre position. Attendre ce que décidera la candidate écologiste que je soutenais, et attendre ce que fera et dira Marisol Touraine. Le moindre doute concernant le risque d'apporter une députée de plus à cette majorité godillo signifierait bien entendu de ma part un appel à l'abstention ou au vote blanc. Or chacun sait, compte tenu des résultats du Premier tour, que chaque voix comptera dimanche prochain, tout particulièrement dans les trois communes de la métropole que compte cette circonscription.

Capture