Dans le cadre des élections législatives du mois de juin, la situation de la troisième circonscription d'Indre-et-Loire est singulière : c'est en effet l'une des rares dans lesquelles En Marche! ne propose pas de candidature face à la candidate sortante, l'ex ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine. Cette dernière, après une interminable période d'atermoiements et d'hésitations, semble décidée à partir sous l'étiquette Parti Socialiste. Dans le même temps, elle affiche clairement sa proximité avec le gouvernement, et se revendique d'une "majorité présidentielle".

Cette position politique est inacceptable à mes yeux. Compte tenu de la pratique très agressive du mouvement macroniste dans la plupart des circonscriptions, l'absence de candidature face à Marisol Touraine n'est pas un fait anecdotique. Elle envoie un signal aux électeurs. Celui d'un élargissement possible de la sphère présidentielle, jusqu'à l'intérieur d'un Parti socialiste qui ne pourrait plus alors se revendiquer d'une quelconque opposition.

Pour ma part, et comme je l'ai toujours fait, je choisis de me déprendre des manoeuvres tactiques et des pratiques politiciennes, pour rester cohérent avec mes valeurs et avec mes choix. Dans ce contexte, j'appelle sans aucune ambiguïté à voter le 11 juin prochain pour Marie-Agnès Peltier, candidate d'Europe-Ecologoie-Les-Verts. Cette dernière est en effet la seule, parmi l'ensemble des candidats de cette troisième circonscription, à représenter la plate-forme programmatique qui a été construite à l'occasion de la candidature de Benoit Hamon à l'élection présidentielle.

Cette décision a été annoncée hier soir en réunion de section des socialistes de Saint-Avertin. J'appelle désormais chacune et chacun des élècteurs de la troisième circonscription d'Indre-et-Loire, soucieux de préserver l'identité et la dignité des valeurs de la gauche, soucieux de ne pas se résigner à l'existance d'un "grand tout" présidentiel qui ferait des extrêmes les seules alternatives démocratiques au pouvoir en place, à voter pour une candidature qui doit être regardée comme une candidature d'unité, une candidature permettant de préparer l'avenir proche dans des conditions propices à la renaissance d'une gauche démocratique, écologique, moderne et socialement libérale.